back

interview avec Paul Watson, LAZARUSCORPORATION


http://www.lazaruscorporation.co.uk
"A la fois provocateur et surprenant ... il est une grande necessité à nous purger de la banalité de la culture contemporaine"
Wayne Bertola
 

"Vous venez d'arriver ici sur un groupe d'artistes dont le travail réceptif manifeste aussi une franche détermination à ne pas se faire englober par notre monoculture."

Sont les mots d'introduction et opinions de Paul Watson qui ouvrent l'entrée de son site: "The Lazarus Corporation", tel est le nom. C'est avec plaisir que je vous présente ici un interview avec lui. A la fois webmaster et artiste, Paul Watson est un représentant de l'actuelle révolution culturelle à-travers le net.

J'ai découvert son site en 2002 alors que j'habitais Paris. Paul Watson est un ancien copain et qui reste fidèle ici à ses idéaux et sa philosphie de l'internet.
J'apprécie les buts et la détermination de cette communauté d'artistes qu'est: "the Lazaruscorporation".

Je vous invite à lire cet interview et connaître l'art de ces artistes vivant à Brighton, en Angleterre.

Je vous recommende aussi le livre auto-publié de Paul Watson.
"le livre des Erynies"  ou "furies". Livre auto-publié.

http://www.bookoftheerinyes.com/

 


FD - Quand est né le site « lazaruscorporation », quels étaient ses buts et pourquoi ce titre: « lazaruscorporation »?

Paul Watson
Le site « Lazaruscorporation » fut lancé en 1996 à l'époque je commençais à travailler le design de sites.
J'avais terminé mon cursus d'art 4 ans plus tôt et je cherchais des possibilités quant à rompre avec le marché de l'art officiel.
12 ans plus-tard, j'en arrive à considèrer que ce marché de l'art officiel s'écroule, ce milieu devient de plus en plus obsolete par-comparaison à celui du net qui permet aux artistes comme aux amateurs d'art de s'exprimer d'une manière directe et sans intermédiaires
A la fin des années 90s, le site de « lazaruscorporation » n'était qu'un site-galerie exposant mon art. Son but était simple, c'est à dire montrer mon travail à grande échelle.
J'ai choisi le nom « the lazarus corporation » pour plusieurs raisons – Je désirais présenter mon art en termes de création urbaine. Andy Warhol avait The Factory, ainsi je décidais d'obtenir The Corporation. J'ajoutai la partie « Lazarus » en tant que référence au « cold lazarus » de Dennis Potter. http://www.imdb.com/title/tt0115140/), celle de « lazarus churchyard » de Warren Ellis comic strip (www.en.wikipedia.org/wiki/
Lazarus_Churchyard), ainsi que les deux caractères bibliques (d'abord Lazarus le lépreux, ainsi que l'homme rescucité d'entre les morts). Des références supplémentaires ont été ajoutées depuis-lors.


FD - Pourrait on dire que ton site est le résultat d'une série de mutations?

Paul Watson
L'évolution du site « lazaruscorporation » reflète les évènements survenus la dernière moitié des années 90s – tous deux exprimés à-travers mon propre art et à-travers l'ensemble du monde


FD - Te sens tu proche du mouvement cyberpunk?

Paul Watson
J'ai toujours éprouvé de intérêt envers la production cyberpunk – particulièrement pour les premiers écrits de William Gibson, Bruce Sterling, Rudy Rucker et Neal Stephenson.
Malheureusement ces marginaux novateurs connurent une multitude de copieurs – des écrivains n'ayant retenu que l'aspect marginal et qui en firent la base de leur travail. Il y eut alors cette explosion de livres médiocres à-propos de l'avenir proche ....
Le travail le plus récent de Gibson est tout à fait intéressant - Je cite « pattern Recognition » et « Spook Country que je trouve très bien. Malheureusement, il reste encore certaines obsessions qu'il lui serait bon de perdre, certaines galvaudées dues à l'inondation de la mauvaise qualité des écrits cyberpunk, cette attitude de donner des noms stupides aux personnages – tel Hubertus Bigend -qui sape la force de son écriture
Bref, je me sens certainement proche du genre cyberpunk des années 80s et 90s.
Mais le cyberpunck s'est achevé à la fin de notre 20ème siècle. Ce fut la fin de siècle zeitgeist en écriture – une époque très intéressante – mais qui désormais et ironiquement, ne peut être considéré qu'à-travers un événement historique.


FD - Et aujourd'hui?
Parle nous de l'évolution du site, de ses activités.

Paul Watson
Le site lazaruscorporation a considérablement évolué. L'évolution importante fut l'apport du travail de différents artistes. La grande étape fut la construction d'une communauté d'artistes – le forum de discussions a participé à celle-ci – ça va ensemble .
Les plus récents apports sont le blog ainsi que le bloc-note des parties du site. Nous sommes toujours ouverts à de nouvelles orientations dans le but d'évoluer.


FD - Combien d'artistes y a t'il dans le site « lazaruscorporation »?

Paul Watson
Il y a 13 artistes/écrivains avec des galeries individuelles, ainsi que quelques autres écrivains invités.
Ça n'est pas un nombre fixe, quand vous considérez le nombre d'artistes, écrivains, musiciens qui participent aux discussions du forum ainsi qu'au blog.


FD - Combien de temps ça te prend pour faire le site?

Paul Watson
J'ajoute de nouvelles choses une fois par jour, que ce soit de nouveaux posts dans le forum de discussion, ou bien inclure de nouvelles oeuvres d'art, je passe probablement un quart d'heure par jour sur le site, à-moins que j'ajoute une nouvelle section.


FD - Tu as récemment ajouté un blog au site, en quoi consiste ce blog?

Paul Watson
Le blog est un ensemble d'articles pratiques concernant les attitudes que peuvent utiliser les artistes, qu'ils soient musiciens, écrivains et autres, face à l'économie, la communication internet et le reste.


FD - Dans la vie, tu es aussi un artiste, on peut voir ton art sur ton site et à-travers le web. N'es tu pas intéressé à faire un site-solo pour toi seul?
Que penses tu du statut de l'artiste aujourd'hui?

Paul Watson
Pour moi, c'est de loin plus intéressant de travailler à un site regroupant plusieurs artistes et qui présente à la fois mon art, et en tant que curateur à exposer le travail d'autres artistes et organisateur d'une communauté d'artistes


FD - Considères tu ton art et ton site comme étant une prolongation de l'esprit de W.Burroughs?
Freud, Bacon, Burroughs,Gysin, D.Lynch, Ballard ... Etc, qui paraissent hanter continuellement le site. Qu'en penses tu?

Paul Watson.
Il y a une nette influence de Burroughs. La partie du cut-up, fut intentionnellement inspirée des expériences de Burroughs, ainsi que celle de Gysin à David Bowie et Jeff Noon. En tant qu'artiste travaillant le collage, je suis conscient de cette méthode du cut-up, à-travers un aspect visuel.
J'apprécie ici ta description « obsessive ghosts » « fantômes omniprésents » dans le site!. En-effet, ces six éléments sont réellement des fantômes dans la structure du site – Je pense qu'il y en a d'autres – c'est un vrai monde de l' « underworld ».
Je pense que J.G Ballard est particulièrement important par son influence.
« The Atrocity Exhibition » de Ballard me fut une nette influence - Il y a de cela 20 ans que je l'ai lu pour la première fois. Je suis fasciné par la rupture des barrières qu'explore Ballard entre l'en-dedans et l'en-dehors.


FD - Quels sont les artistes qui t'ont inspiré?

Paul Watson
A part ceux que j'ai cités ci-dessus, ce sont Robert Rauschenberg et Joseph Beuys qui continuent de m'inspirer. Quoique je pense trouver plus d'inspiration en-dehors de l'art officialisé.


FD - Tu écris être un artiste provocateur, qu'entends tu par ce terme?

Paul Watson
Je me considère être un artiste provocateur dans ce sens que je travaille en-dehors de la scène artistique officielle.
Il y a tant d'artistes préoccupés à choquer, et ce, dans le seul but de provoquer le milieu conservateur, de provoquer des réactions. En-fait le problème est qu'ils sont enfermés dans un confortable cocon fait d'auto-satisfaction, incapables de se connecter avec les gens, le monde.
Le réseau traditionnel des galeries d'art célèbres tente désespérément de créer de nouvelles attitudes pour choquer, toucher les médias (ce qui est chose facile), dans ce sens que leur travail a pour but d'être médiatisé.
Cette forme d'art ne peut concerner personne, ça ne l'intéresse pas, il ne cherche qu'à être médiatisé.
Je peux paraître provocateur d'une manière moins artificielle et qui a plus de sens car j'ai soustrait les médias de ma façon d'être. Je ne suis pas le seul, cet état d'être se retrouve chez pas mal d'artistes, à-travers le net.


FD - Tu vis à Brighton, est ce un endroit intéressant pour les artistes, comment se présente l'art en Angleterre?

Paul Watson
Brighton est un coin sympa, à ne pas prendre trop au sérieux. A cette condition,qu'on se sent chez soi.
Comment se porte l'art en Angleterre? J'ignore. Je ne vois pas la situation en termes géographiques. Le site de « lazaruscorporation » est pour reprendre les termes de William Gibson « plus au niveau mondial que fermé dans sa sphère géographique », et quand vous avez décidé et intégré cela, les frontières mondiales n'ont plus aucune signification.


FD - considères tu l'expression internet comme une révolution culturelle?
Que penses tu de la culture moderne?

Paul Watson
En-effet, je pense bien que l'internet est entrain d'amener une révolution culturelle. C'est encore trop tôt pour affirmer cela, mais je pense que nous sommes témoins d'un changement dans ce que l'on appelle habituellement « les médias » (malgré la contre-révolution de ceux-ci, du business dans la musique etc)
Il y a de cela quelques années, j'avais une mauvaise opinion de la culture moderne mais l'internet est entrain de changer tout-cela,


FD - Penses tu que la communication internet est assez suffisante, fais tu des expositions dans ton coin?

Paul Watson
-De temps en tems, je participe à des expositions, mais ça n'a plus autant d'importance qu'avant à ce que mon art soit vu et vendu.
Je suis très méfiant quant aux galeries qui demandent des sommes exorbitantes aux artistes et agissent peu pour le compte de celui-ci, s'octroyant de gros pourcentages sur les ventes. Sans exposition, la galerie n'est qu'une pièce vide et blanche, et je n'ai pas envie de payer cher pour exposer dans ce qui n'est une pièce blanche et vide.


FD - Combien de vies mènes tu par jour? Je sais que ton travail quotidien se situe dans l'informatique, la conception de web-design, est ce que ta profession t'influence dans ton art et ton site?

Paul Watson
-Les deux domaines s'auto-influencent.


FD - Le site « lazaruscorporation » présente des artistes et de même écrivains, ont ils des points communs, et quel est ton choix, ta sélection? ...

Paul Watson
- Je pense que tous les artistes présentés dans « lazaruscorporation » ont des points communs bien que je me suis jamais organisé dans ce sens. Je choisis les artistes par instinct plutôt que par raison. Je pense qu'ils se rejoignent plus par une manière d'être que par des techniques similaires.


FD - parle nous de ton nouveau projet: 'le livre d'Erinyes »

Paul Watson
Je suis entrain de produire une édition limitée de 30-50 livres d'artistes et relié par mes soins, avec des protos intercalées dans les pages.
Le theme du livre concerne les Erinyes de la Grèce antique, une légende de-même connue sous le nom des « furies » mais ici écrit dans le stype apocalyptique façon 19ème siècle et écrit par un auteur dopé à l'opium. Ces textes fragmentés offriront un récit incohérent de l'oeuvre d'art plutôt qu'une histoire illustrée.
Je vais aussi sortir non manuelle du livre par le biais de Lulu.com
Je suis à la première partie du projet, mais c'est en bonne voie!


FD - Ce travail sera t'il auto-publié ou as tu un éditeur?

Paul Watson
Ils seront complètement auto-publiés . Je ne pense pas qu'une société d'édition se risquerais à un tel projet (un livre entièrement en couleurs) venant d'un artiste non abonné à la Tate Gallery.
http://www.bookoftheerinyes.com/



Paul Watson




plus....



Michael Kemp

plus....



Zenon Gradkowski

plus....



Abi Kemp

plus....



Germseed / Alice Kemp


plus....



Hardeep Sangha

plus....